Si la testostérone a pris le pas sur la technique au cours de ce choc au sommet, interrompu une vingtaine de minutes suite à une panne d'éclairage (78), Pibrac a finalement réalisé l'excellente opération de cette 11e journée en battant Auch, un de ses poursuivants.

Sur un terrain difficile ne favorisant pas les envolées techniques, les Pibracais ont eu le mérite d'ouvrir le score à la demi-heure de jeu, alors que les Auscitains venaient de manquer le coche quelques minutes plus tôt (22).

Au classement, Pibrac (23 pts) conserve donc la première place devant Auch (19 pts) et Tarbes (19 pts), qui comptent respectivement un et deux matchs de moins que les Pibracais.

> LES HOMMES. Tactiquement bien en place, les Pibracais ont affiché une solidarité et une combativité sans faille. Si leur force est donc avant tout collective, individuellement, plus que son superbe but, la performance de Mandrou, qui a multiplié les accélérations dévastatrices sur le côté gauche, est à saluer.

Bousculés dans les duels et bien peu inspirés, les Auscitains n'ont jamais réussi à se mettre en évidence.

> ILS ONT DIT.Barthélémy Daunis (joueur de Pibrac) : «On s'était préparé à un match très difficile physiquement face à une équipe qui joue à ce niveau depuis plusieurs années. On a su rester costauds et ça a tourné en notre faveur donc on est très contents de ce résultat.»

Gilles Garcia (entraîneur d'Auch) : «On savait que la première équipe qui marquerait prendrait une grosse option car ce terrain est très difficile. Pibrac a d'ailleurs du mérite d'y jouer un week-end sur deux. Le résultat est décevant car c'est un match qu'on n'avait pas le droit de perdre.»